dimanche 5 septembre 2010

3-3

Bien qu'incomplète, la corrida de Torrealta, bien présentée, a offert trois toros intéressants qui transmettaient, contre trois autres décevants et vite éteints. Pas mal pour la clôture de la feria bayonnaise de septembre.
Une arène pratiquement pleine pour assister, sous le cagnard , a ce mano à mano Ponce/Castella. Ponce fut moins « sélectif » qu'à l'accoutumée et s'engagea, notamment à son second. Des séries batailleuses sans pourtant pousser le contre-ut. Une oreille et des applaudissements accompagnant sa sortie et ses 20 ans d'alternative. Avec, flottant dans l’air, une despedida qui approche. Castella s'est accroché tout l'après-midi. Il a consenti de gros risques à son premier (voltereta sans conséquence). Son second, peut-être le meilleur du lot, lui permit quelques belles séries, sans cependant parvenir à hisser la faena au meilleur niveau. Un Castella moins "impactant" que d'autres fois mais plus humble et plus proche du public. Est-il en train de retrouver une dimension plus "humaine", plus en relation avec lui-même, avec ses fragilités et ses forces? Je l'espère car je persiste à penser qu'il porte en lui une grande dimension qu'il n'a pas encore vraiment montrée. Sans aucun doute, cette feria de l'Atlantique a été une réussite commerciale pour l'empresa bayonnaise. Deux pleins et une belle entrée à la novillada matinale. Le bilan artistique reste mitigé. Des toros, plutôt bien présentés, qui, dans leur majorité, ont déçu. Pour ce qui est des toreros, on retiendra la dimension superbe de Juli, la valeur incontestable de Juan Bautista et l'engagement d’un Castella en transition.

8 commentaires:

  1. je pense comme toi pour Castella et j'espère sincèrement qu'il va enfin arriver à "s'ouvrir" vis à vis du public...on verra à Dax samedi!
    Muriel Patole (source facebook)

    RépondreSupprimer
  2. Oui Muriel, d'accord avec toi ! Bien que Sébastien soit une figura, il ne laisse pas ses sentiments s'extérioriser, en dehors de son toreo classique, il ne dégage pas grand chose. Ce qui est bien dommage car il pourrait nous faire frissonner davantage !
    Olivier Coutron (source facebook)

    RépondreSupprimer
  3. le jour où il se lachera je pense qu'il peut être sensationnel...l'attitude du torero joue aussi pour le ressenti d'une faena. quand je vois la joie ou la rage d'El Juli je vis différemment la corrida...
    Muriel patole(source facebook)

    RépondreSupprimer
  4. Idem Muriel ! On pourrait aussi parler d'un certain Richard Milian ! Sans avoir été la figura que sont El Juli, Ponce etc, il dégageait un plaisir, une joie, une allegria !
    Olivier Coutron (source facebook)

    RépondreSupprimer
  5. malheureusement pour moi je n'ai jamais vu richard dans une arène mais pour le voir dans le callejon quand thomas et mathieu toréent, je l'imagine et je pense qu'effectivement il devait faire vibrer le public. j'ai eu la chance de le rencontrer dans une peña et avec ses anecdotes il nous a tous fait voyager...
    Muriel patole(source facebook)

    RépondreSupprimer
  6. richard millian n'avait que cette joie de toréer à mettre en avant avec son gros coeur, pas une après midi sans qu'il voltige sur les cornes, c'est ce qui a sûrement limité son succès esssentiellement aux arènes françaises; il est necessaire néanmoins d'avoir ce type de torero qui donne énormément même si on est bien loin des canons classiques
    c'est sûr aujourd'hui que S Castella semble avoir totalement perdu cette alegria et ne prend guère plus de plaisir en voulant à tout prix dominer la tauromachie actuelle
    il passe à côté de son objectif et ne s'amuse plus guère

    RépondreSupprimer
  7. Castella comme Ponce, on dirait que ce sont des marathoniens qui cherchent des défis quantitaires et se produire dans les plus grandes arènes. Quant à l'émotion, on attend.
    Quant à Ponce, il retient lui aussi ses émotions mais un p'tit sourire de temps à autre s'échappe de son coeur.
    Olivier Coutron (source facebook)

    RépondreSupprimer
  8. Cette inconditionnelle que je suis de E. Ponce, je fus las. Rien . Pas une once d’émotion. Il me reste toujours un grand respect pour lui. Songe-t-il à une fin de carrière? On devient mythique quand on ne s’adonne plus à son art, sa passion…
    Helena Lachartre (source facebook)

    RépondreSupprimer