mardi 26 avril 2011

Des toros et des hommes

Les trois dernières corridas de la féria avaient une vraie teinte torista.Dans des styles bien différents, les problèmes que présentèrent les trois élevages avaient leur solution.Certains les trouvèrent, d'autres se creusent encore le cerveau. 
Les toros du Scamandre semblent avoir été élévés pour faire passer de mauvais moments aux piqueros.
Ils y arrivent fort bien ma foi.Avant les piques circonspects, ils ont du mal à charger le leurre et la présence des barrières les rassurent .Après le chatiment, ils ont une facheuse tendance à se figer, les perles de sueur viennent au front de ceux qui tentent de les faire passer avec difficulté.
Le fin torero Luis Vilches s'abîme les cordes vocales tant il vocifère à chaque passage de la bête mais c'est celui qui nous présenta les passes les plus estimables de la matinée sans nous faire lever du siège néanmoins.
Il faut dire que la concurrence n'était pas bien forte en ce jour avec le méxicain Israel Tellez aimable torerito pour arènes de plage.Une banalité affligeante aux banderilles, superficiel au possible dans ses passes à l'esthétisme discutable.1 oreille malgré tout après une mort rapide à son second.
Il est triste de constater l'échec patent de Marco Leal.Son manque de contrat lui procure des circonstances atténuantes mais le talent lui semble bel et bien absent.
Toujours sur la défensive, se méfiant des ses deux adversaires la pétition de copinage au second ne changera rien à l'affaire.L'heure du difficile questionnement sur son avenir a déjà sonné pour le jeune-homme.  
toro du scamandre
Dans l'après-midi la présentation des Fuente Ymbro fut un régal pour les yeux.Dans l'ensemble leur comportement maintint l'intérêt tout au long de l'après-midi.
Tombant sur le lot le moins propice Victor Puerto passa son temps à prendre du temps indisposant au final le public arlésien fâché de regarder un  torero prenant la pose et semblant toréer pour son miroir.
Tout le contraire de Miguel Abellan qui se mit le public dans la poche en déclenchant les charges de son 1er (faible) adversaire de 15 mètres.Idem au 5ème avec une tauromachie vibrante et agréable à regarder.
Matias Tejela sécha face au 1er , et nous fit prendre des vessies pour des lanternes à son second qui méritait bien mieux (il fut primé d'une vuelta) que la tauromachie trompe l'oeil servie.En se croisant un peu plus ,Tejela aurait grandi son adversaire et sa faena.  

Fuente Ymbro
Les Miura et leur légende noire, font toujours fantasmer.Ceux qui sont sortis à Arles ont pourtant offert bien des options aux toreros.
Attention ça reste du Miura,il leur faut peu de choses pour renifler l'odeur des ballerines:ça se retourne vite,  ça réfléchit mais pour certains d'entre eux ça fonce si on veut bien les consentir.
Fundi revient.Ce n'est pas encore le Fundi sûr de lui et en forme optimale de 2008 mais le zombie des ces deux dernières années semble s'en être allé.Il fait le métier sans paniquer avec des demi-passes s'il le faut, et finit par pésenter des faenas complètes.Comme il estoque de manière sûre, il coupe son oreille.
Aguilar et les Miura ça ressemble à une histoire d'amour contrariée.Les petits bras d'Alberto n'ont pas fini de s'étirer que le muffle du bestiau bifurque déjà.Il fut mis en échec toute l'après-midi par ses deux adversaires.
On frôle la panique complète avec l'épée en main.3 avis à l'un, 2 à l'autre...le public arlésien s'est montré gentil et la bordée de sifflets fut à peine audible en dehors de l'amphithéâtre.
Medhi m'est apparu en progrès.Toujours dans le registre primesautier et show man qu'on lui connaît mais bien plus en place dans ses passes.C'est pas génial mais ça devient très professionnel .Il tue mal les deux fois (sous l'orage à son second) et son succès restera celui de l'estime que l'on doit à un torero qui a fait très correctement son métier.

Miura

2 commentaires:

  1. J'aime beaucoup votre blog, je viens de le découvrir et je vais d'ailleur l'ajouter a mes favoris. Bonne continuation.

    RépondreSupprimer
  2. merci et à bientôt...
    n'hésitez pas à en parler autour de vous: plus on est de fous, plus on rit parait-il!!

    RépondreSupprimer