dimanche 3 juin 2012

Los Toros de San Isidro


Pesador-Toro de Cuadri
Après la féria de Vic Dizcountensac, direction Las Ventas pour les trois dernières courses de la San Isidro.

José Escolar Gil 

Élevage sur la pente descendante (je me suis fait cet avis avant le fracaso vicois et j'attends de voir le lot de Céret pour confirmer! ou pas...).Le lot de Madrid comprenait un invalide (3eme), deux alimañas aplomadas et trois toros avec du potentiel, une moyenne de 527kg, des corps de sardines avec des cornes astifinas. Pourtant, quelques uns applaudis à leur sortie en piste(?).
López Chaves n'a pas eu le niveau, rien à son premier Toro et une série à son deuxième, Corredor, qui en demandait deux ou trois de plus, palmas à l'arrastre et pitos pour Mister López qui a laissé filer, peut être, le toro de sa temporada.
Fernando Robleño commence bien à la cape avec son premier, après un tercio de piques correct pour Las Ventas, le toro s'avère difficile, mais Fernando s'arrime et fait le boulot. Estocade légèrement basse pour un salut après avis, contesté par certain (cette faena m'a rassuré pour son solo de Céret). Une épée franche à son second, aplomado.
José María Lázaro tombe sur un des deux cinqueños du lot, qui est invalide: nada. L'ultime de la corrida, Ventolero, 549kg, le plus lourd, met la panique au deuxième tercio. A la muleta, José montre de l'envie mais à nouveau : nada.
L'empresa n'a pas mis assez de sous sur le tapis pour avoir un lot digne de Madrid ainsi que des toreros expérimentés pour les affronter (hormis Robleño).
A noter que Jésus Talavan (banderillero de Chaves) a salué au 4ème et que les picadors José Manuel Quinta (Chaves) et "Pastelito" (Lázaro) ont entendu la fureur du Siete. Explication : quand le picador sort par le callejon au niveau du Tendido 7, un aficionado hurle "¡¡¡¡QUEEEEEEEEE MALOOOOOOOOOOO!!!!" et tout le Siete reprend en cœur "¡¡¡¡¡QUEEE MALOOO, EREEEEEES!!!!!". Ce qui fait beaucoup rire les piqueros... Cosas de Toros.

Hijos de D. Celestino Cuadri

Une après midi de toros comme on en voudrait vraiment plus souvent, presque 600kg de moyenne, avec de la force,de la caste pour cinq toros applaudis ou ovationné à l'arrastre et salut du mayoral José Escobar en fin de course. Huelvano, n°45, sobrero à Séville cette année est le seul à être sorti sous les sifflets. Avis aux nombreux amateurs de corraleros!
Après un quite, Javier Castaño se tourne vers l'alguacil pour changer le premier tercio, Aragones, 615kg, en profite pour lui faire faire un soleil. Javier, blanco como nieve, titube contre les planches mais combat tout de même son Toro. Malgré ce KO, il se place au centre du ruedo et le cite de loin, fait une série de naturelle méritante mais la faena va à menos. Une entière en bonne place pour des applaudissements, avant de partir pour un aller simple vers l'infirmerie.
Le seul torero valable l'après midi n'allait plus revenir en piste. En plus de ça, nous n'avons pas pu voir Tito Sandoval face à Maño, 611kg, seul liston des six. David Adalid comblera un peu cette déception aux banderilles et à ses deux Toros!
A noter que le castaño, demi frère d'Aviador lidié en 2011, tant attendu cette année, a été perforé de quatre trous par les cornes de ses frères. Il y aura une course à ne pas rater en 2013 : Los de Cuadri en Las Ventas !

Adolfo Martín Andrés

Las Ventas était pleine, pour voir Juan Bautista et Iván Fandiño face aux Albaserrada d'Adolfo, qui étaient sortis terribles dans ces mêmes arènes à la Féria de Otoño 2011. José Mora, banderillero de Rafaelillo, s'en rappelle; la corne de Aviadorito est rentrée 15cm dans son adducteur.
José Luis Moreno, potentiellement candidat pour représenter l'Espagne aux Jeux Olympiques, catégorie 100m. Sevillanito lui a fait lâcher la muleta après son premier pinchazo, pour un petit sprint. Il ferait bien de s'inspirer de Julio Aparicio plutôt que d'Usain Bolt.
Juan Bautista, superbe mise en suerte de son premier toro par chicuelinas.S'en suit une competencia de quites sympathique avec Fandiño. Sa faena ne décolle pas, JB jette l'ayuda pour toréer à droite. Ce coup de bluff n'a pas tant d'effet qu'à Vic... Un demi bajonazo efficace, salut avec division d'opinions.
Iván Fandiño, brinde au public mais plutôt du côté du Tendido 7 qu'il provoquera entre chaque série. Quatre séries de derechazo en prenant Mulillero de loin, temple, main basse, les olés résonnent. Essaye par naturelle mais sans conviction. Puis alterne les coups d'épées ratés entre volapié et recibir... Pour finir au descabello. Deux avis, salut contesté par le Siete, ovation au n°13 de la devise rouge et verte.
A noter, Curro Robles (JB) appelé à saluer aux banderilles refuse. Deux Toros invalides (4eme et 5eme), le premier pas assez protesté par le public, contrairement au suivant où l'on ne vit malheureusement ni le têtu mouchoir vert, ni les Cabestros de Florito, ni les pupilles portugaises d'Ortigao Costa.

1 commentaire:

  1. Quand on partage les heures de la délicate et jeune personne qui t'accompagne... on ne gaspille pas son temps avec des vieux croutons d'aficionados rassis et radôteurs...
    On pose son sac du côté de Prague, Venise ou Istanbul..grand couillon....
    amicalement
    El ubano

    RépondreSupprimer