vendredi 13 juillet 2012

Même s'ils se trompent

Aujourd'hui, André nous ressort un passage d'un édito d'il y a sept ans mais quelques mots ont été enlevés... 
Un oubli ?

L'edito du 13/07/2005

2 commentaires:

  1. Si quelques mots ont été enlevés d'autres par contre ont été rajoutés et si ce que dit A. Viard est vrai on ne peut qu'être d'accord avec lui

    RépondreSupprimer
  2. en fait le "même ils se trompent" concernait la suite de l'édito
    ... Ce que l'on peut faire remarquer en revanche aux organisateurs cérétans sans qu'ils prennent la mouche, c'est qu'ayant des exigences importantes vis-à-vis des toreros, ils devraient au moins avoir les mêmes pour eux. Autrement dit, puisque l'on exige des toreros de combattre dans un ruedo qui a la taille d'une plaza de tienta (j'en connais de plus amples) des toros dignes de Madrid ou de Bilbao, il faut s'exiger à soi-même de mettre en place une organisation sans faille et proscrire tout ce qui n'est pas règlementairement prévu.
    Si cela avait été le cas, "Pirri" serait a priori reparti sur ses deux jambes, puisque c'est à l'occasion d'un incident qui n'aurait pas du avoir lieu qu'il a été blessé. Je m'explique. Il est difficile de reprocher aux organisateurs cérétans que l'arène qu'ils louent à la société propriétaire ne soit pas aux normes, mais c'est pourtant le cas. En effet, comment voulez-vous rentrer aux chiqueros un toro qui y est renvoyé, alors que la porte par laquelle il doit passer est si minuscule que certains doivent même se baisser et que l'on ne disposait pour ce faire que d'un cabestro mal dressé.
    De manière anti règlementaire, je pèse mes mots, il fut donc décidé que l'on piquerait le toro pour le tuer en piste avant de faire sortir le sobrero. "Pirri" se dévoua pour le mettre en suerte et fut envoyé au sol où il reçut ses deux cornadas. La faute à pas de chance dira-t-on, sauf que l'accident est survenu durant une parenthèse imprévue du spectacle que les toreros n'étaient pas obligé d'assumer, même pour faire plaisir aux organisateurs et au président.......

    RépondreSupprimer