lundi 3 septembre 2012

Bayonne matin...que c'est loin Compostelle!

Camino de Santiago, deuxième fer de JL Darre.
Né dans le Gers à Bars, à 908  kms exactement de Saint Jacques de Compostelle.
Pas la porte à côté!!!
Aussi loin en tout cas que la distance qui sépare un novillo marqué de la coquille et un toro de combat!
Indignes d'être présentés dans une telle arène, misérables de corpulence et affligeants de faiblesse, ils indisposèrent les gradins.
Scandaleusement ridicule!
Au milieu de cet infâme troupeau, les novilleros malgré une bonne volonté évidente ne pouvait que faire peu.
Un quite formidable de Juan Leal, des promesses d'un possible futur pour Brandon Campos furent les rares éclairs de ce pauvre spectacle.Cayetano Ortiz fut le 3ème protagoniste de cette matinée.
Par dépit Lachapillet resta silencieuse.
Triste représentation de la tauromachie!
Il faudra demander quelques explications à l'empresa bayonnaise pour avoir osé faire payer des spectateurs dindons de cette farce indigeste qui va rester encore quelque temps sur l'estomac de ceux qui naifs cru venir assister à une novillada! 

4 commentaires:

  1. Bien dit, merci d'oser parler comme ça pour nous défendre.
    Lorsqu'on sort de ce genre de triste spectacle, c'est vrai l'estomac est lourd !!

    RépondreSupprimer
  2. http://www.sudouest.fr/2012/09/03/les-certitudes-de-la-saison-810221-716.php

    pas un mot sur la novillada ... surement reconduite !!!

    RépondreSupprimer
  3. C'est la faute à padchance: d'après la dépêche, le journal du veau sous la mère, les novillos se sont"BATTUS TOUTE LA NUIT"(sic)
    C'est dire qu'ils devaient être dangereux!!

    RépondreSupprimer