dimanche 16 septembre 2012

Ceret....La tentation du Palmito

Le troisième Prieto de la Cal vient de tomber sous l'épée triste et lymphatique d'un Serafin Marin perdu dans ses doutes , la peur lui colle à la culotte.
Les quelques centaines de spectateurs qui vident plus qu'ils ne remplissent les gradins cérétans commencent à la trouver saumâtre cette corrida de la Saint Ferreol!
Marc Serrano s'est contenté de pas grand chose dans la poussière pour esquisser quelques passes à un Prieto arrêté et Javier Castaño a bien senti l'humeur villageoise et festive du moment pour s'assurer un succès (oreille) de peu de poids grâce à un recibir fortuit mais efficace.
Il fait encore chaud et le temps s'écoule lentement.
Je pense aux Palmitos qu'à 16 heures mon voisin de café avalait avec plaisir.
J'ai presqu'envie de sortir pour aller m'en acheter un paquet.
A Nîmes il parait que ce n'est pas terrible!On regrette la Cobla en écoutant les canards qui s'enchaînent quand l'harmonie locale se lance dans l'execution (mais sans arme) de pasos dobles.
On finit par sourire de voir les toros s'acharner sur le burladero à la droite du toril qui souffre le martyr.
La talanquère a en fait les frais et a volé en éclats provoquant une forte émotion dans le callejon que nous aurions presque aimé connaître et partager pour donner du piment à cette première heure.
Et puis cette course bascule.
Le 4 Hocicon annoncé escobillé mais sans manipulation au micro par un assesseur présidentiel, finit de se casser la corne en voulant démonter un burladero d'un simple coup de tête.
Vont s'en suivre 45 minutes irréelles.
La présidence joue à "Tu veux ou tu veux pas" pour sortir le mouchoir vert, le public proteste , le callejon aussi mais pour des raisons opposées.Le remplacement est ordonné au moment ou le vieil Anderson Murillo sorti de la naphtaline et qui n'a pas vu l'ordre présidentiel pique le Prieto.
Tout ce joli monde se retire et place au sketch!
Hocicon se sent bien dans cette piste et le sortir devient un enfer.Le chef de lidia se désintéresse de la chose et pourtant c'est son toro qui est en piste.Ca palabre,ça tergiverse, ça s'invective entre gradins et présidence, entre professionnels et gradins.Le président descend dans le callejon pour convaincre Serrano de prendre l'épée, négociations ....pour quelques billets supplémentaires peut-être.
L'harmonie se croit être en devoir de mettre en musique ce triste spectacle et s'il est vrai que la musique adoucit les moeurs, ces notes mal jouées ne sont pas les bienvenues.
Quelques essais infructueux plus tard pour estourbir l'animal en puntillant du burladero et Serrano consent en faisant la gueule à sortir en piste pour quelques coups de capes données à un toro gaillard et maître du rond.Retour de l'ancêtre à la pique pour réduire le Prieto sous les quolibets de quelques spectateurs outrés.Ubu où es-tu?Après quelques agressions tauricides, l'animal finit par tomber.
On vient de frôler le degré zéro de la tauromachie!
Il faut dire que le français et sa cuadrilla savent ce qui les attend avec le 4 bis, un animal armé et qui porte bien ses 578 kgs.Le bien nommé Escandaloso déboule en piste et va nous réconcilier avec cette corrida.
Un toro qui donne de l'émotion et du fil à retordre.Après des piques applaudies, et une panique de Morenito aux banderilles les doblones biens donnés de M Serrano donnent l'eau à la bouche mais le toro reste le maître et la faena s'effiloche au fur et à mesure.Escandaloso mange le leurre qui manque de puissance et de personnalité.Et après une entière chanceuse , la pétition des supporters du nîmois fera tomber une oreillette.
Aguardentero beau bestiau de 535  kgs ne sera pas en reste , pas tout à fait brave mais très spectaculaire il permettra en quatre piques à Tito Sandoval de faire le show.Quatre beaux moments d'émotion et Sandoval qui salue sous l'ovation.David Adalid aux banderilles n'est pas en reste et cloue ses deux paires dans les canons pour un salut plebiscité.
Le Prieto n'est pas un enfant de coeur et Castaño a quelque peu perdu la foi en cette fin de saison qu'il termine physiquement complètement cuit.A mi-hauteur,uniquement droitière la faena se résumera à un combat âpre et décousu.Même avec une épée dans le corps, la bouche reste fermée et l'animal ne cherche pas les barrières pour donner son dernier souffle.Mouchoir bleu et dernier tour de piste très applaudi,oreille pour le torero.
Le dernier de ce très long après-midi sort dans la pénombre d'une journée qui se finit.
Un manso con poder dans quatre piques.C'est beaucoup trop de toro pour si peu de torero.Le catalan coule et se noie et comme le glisse mon voisin de tendido c'est donc en sous Marin que Serafin finit son après midi.Il est 20h10.
Les gradins n'ont même pas eu le besoin de se vider vu qu'ils ne furent jamais remplis
On se renseigne, c'était comment Nîmes?
Bof pas terrible , mais c'était plein!


14 commentaires:

  1. Quel lamentable compte rendu...
    Partez vite renforcer les antitaurins ou alors ne vous permettez plus d'écrire des conneries pareilles.au plaisir de ne plus lire ce torchon de blog....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. plaisir partagé de ne plus avoir à vous compter parmi les lecteurs de passage

      Supprimer
  2. pour ceux qui veulent allaer voir la prose de ce dénommé Hervé qu'ils aillent lire le blog Marc Serrano dédié à la gloire du torero..un vrai plebiscite pour la tauromachie......de Marc Serrano!!!!!!
    Ne vous inquiètez pas je n'irai pas m'user les yeux à lire vos posts "publicitaires" pour votre ami torero irrascible Mr H

    RépondreSupprimer
  3. T'as de la veine El Bison Futé, il ne t'a pas traité de pisse vinaigre.
    J'en connais un qui jette des fatwas pour moins que ça.
    Merci pour ton compte rendu, moi j'ai bien aimé.

    JPc

    RépondreSupprimer
  4. Après les caballos, les groupies.
    Ton blog devient une référence.

    JPc

    RépondreSupprimer
  5. Enfin une resena honnête.

    RépondreSupprimer
  6. Qué pena
    Une tarde ubuesque!
    Une organisation de comico-taurins lamentable et incompétente, de la poussière, encore de la poussière et toujours de la poussière,
    trois guignols que j'espère ne plus jamais voir dans un palco, des catalanes se prenant pour des sévillanes, un fan club épuisant, des pietons qui n'ont jamais voulu se la jouer dans une arène vide (peut-on leur reprocher). 2 toros intéressants malgré tout mais beaucoup trop de mansedumbre dans l'ensemble, des cornes qui saignent, une vuelta du 5ème scandaleuse et des oreilles plus que généreuses à l'image de cette farce. L'aller avec de l'espoir et des souvenirs de ces veraguas, le retour interminable.

    Ps: Messieurs les guignols, il va falloir tout reprendre à zéro, je vous rappelle qu'il faut honorer les braves!!!

    RépondreSupprimer
  7. l'émotion que soulève une corrida est toujours subjective et je respecte votre point de vue. vous comprendrez facilement que votre analyse me laisse un goût amer. je ne parle même pas des commentaires, surtout pour les courageux anonymes. bien à vous.
    Valerie Serrano (sce FB)

    RépondreSupprimer
  8. désolé de vous avoir froissée, le but n'est pas là mais effectivement à chaque spectateur sa vérité surtout quand elle est détachée de tout affect pour ceux qui sont en piste-ni de près ni de loin je ne fréquente le milieu taurin afin de pouvoir garder une liberté de ton quelquefois corrosive c'est certain (sce FB)

    RépondreSupprimer
  9. vivement juillet et l'adac

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et vivement septembre 2013 et bous i cireres

      Supprimer
  10. Dans les gradins il n'y a pas que des proches des toreros, il arrive même qu'il y ait des gens qui paient leur place !

    JPc

    RépondreSupprimer
  11. A chacun sa vérité!
    La mienne ressemble, certes avec ma propre personnalité, à celle de Bison futé.
    J'ai apprécié les mêmes rares choses positives de cette course, intéressante quasi exclusivement grâce aux PRIETO DE LA CAL.
    Concernant les piétons, qué pena!
    Quant aux courageux insulteurs anonymes, Casas la fripouille a encore de beaux jours devant lui, grâce à leur aveuglement.
    La fiesta BRAVA, elle, malgré l'avis favorable des "sages", s'enfonce un peu plus
    Salut aux non anonymes

    RépondreSupprimer
  12. Pédrito... et ben alors votre personnalité ressemble à du bon rien, de la mauvaise foi voir même de l'aigreur!
    Promis, un jour je vous dirai entre 4 yeux ce que je penses de vous... Concernant mon anonymat, je n'ai point besoin de vouloir exister à travers un blog ou bien des échanges écrits via des commentaires que je considère infondé! Désolé, je reste humble malgré mon aficion!
    Ben oui, on peut avoir "X" année et rester humble:! Prenez en de la graine!

    RépondreSupprimer