vendredi 3 juillet 2015

Et soudain une larme

Jose Ruiz Muñoz est surtout connu par chez nous grâce à sa parenté avec le célèbre Curro Romero.
Si être le petit neveu du pharaon de Camas, n'est en rien un gage de qualité tauromachique, il doit peser sur les épaules du jeune homme.
Une gueule, des postures, un regard fier, l'andalou cintré dans un superbe costume joue à l'artiste.
Derrière ses bravades et le style de certaines de ses passes, se cache la fragilité du torero.
"No hay quinto malo" selon le célèbre adage taurin.
Sous le soleil déclinant et la chaleur étouffante de Haute-Garonne, il ne se vérifie pas vraiment et Rafael Cañada qui vient d'arriver à l'infirmerie de campagne, victime d'un accrochage, en est le témoin.
Cherchant la sortie en triomphe après avoir coupé l'oreille à son premier adversaire, Muñoz s'accroche et prolonge la faena le long des planches dont l'ombre bienfaisante attire depuis quelques minutes le novillo.
Vient le moment de l'estocade et  en artiste il a montré au premier que ce n'était pas la spécialité maison.
Il réussit à plonger derrière une entière et sort bousculé.
S'en suit durant de nombreuses secondes, à la merci des cornes, coquille de noix perdue dans un océan déchaîné, pris et repris par les cornes, le spectacle d'un corps qui ne s'appartient plus.

Brinquebalé , chaquetilla en lambeaux, miraculeusement indemne, le torero se relève dans un "quieto" sonore et sur-joué.
Secoué mais bien vivant, teint devenu pâle, dans un état second il voit son adversaire tomber à son tour...
Il revient titubant à la barrière, l'oreille acquise.
S'efface le masque viril du mâle triomphant.
Derrière le paraître tout s'effondre pour laisser place au mal être de l'instant.
Une larme coule le long de la joue du jeune homme qui ne peut contenir le trop plein d'émotions mélange de peur et de douleur.
L'espace d'un instant à la recherche d'un regard, d'une étreinte bienveillante dans un moment rare le torero laisse la place sans fard à l'homme fragile et nu...
Quelques secondes...retour à la "normale", tour de piste sourire aux lèvres.
Show must go on!!!

3 commentaires:

  1. Le commentaire sur la montera qui pleur,m'a ému énormément,je comprend la soufrance des oubliés par les Impresarios,parce-que, parmis ces oubliés,il y a des toreros aussi bons et aussi capables que certains qui ont eu la chance d'avoir du piston,quelqu'un qui les a aidé pour percer, ou bien ceux sont des fils à papa qui ont eu la chance de naitre dans une famille fortuné. Les autres même s'ils sont très bons,n'auront pas de chance,toutes les portes leurs seront fermés,parce-qu'ils sont né dans des familles pauvres,sans moyens financiers leur permettant d'investir pour leur donner une chance. C'est le cas de mon neveu : Andrés Jiménez ''El Gallo'' qui habite a Cordoba, qui est un remarquable Novillero con picador,vraiement formidable, mais qui n'a pas une famille qui puisse l'aider financièrement,pour lui permettre de percer. Il ne peut que se morfondre,s'innonder de larmes et de tristesse,un rève noyé dans l'amertume et les sanglots. Je trouve cela honteux,qu'il n'y est pas un impresario ou un apoderado,qui est un minimum de sentiment et d'humanité pour tendre la main à un jeune qui a tant de talent,mais qui n'a pas de fortune. C'est révoltant, scandaleux aussi bien pour L'Espagne que pour la France. Après çà on ose se dire le défenseur de la fiesta brava. Faites votre examen de consciense !!!

    RépondreSupprimer
  2. Buenos dias,
    Soy un Apoderado que quiere ayudàr al Novillero Andrés Jiménez ''El Gallo''.Su situación, me ha causado pena y admiración por este muchacho. Se merece que alguien le de una oportunidad ,un poco de suerte, es un novillero con mucha voluntad de llegàr a cumplir su sueño que tiene desde niño. Veo que nadie quiere hemocionàrse de este caso tan especial , pues yo he decidido de dàrle una suerte que cada ser humano se merece en este mundo, sobre todo con la volunta tan grande que tiene, pues yo quiero sacarlo del olvido, si me lo permiten las Empresas y los Ayuntamientos a quienes les pido ayuda para que me contraten a mi Novillero con picador :Andrés Jiménez ''El Gallo''. Aqui pongo mi dirección E- mail:
    raymond.l1947@live.fr
    Mi telefono de domicilio: 0033 494 53 19 50

    Espero que Alguien tenga la bondad de contactàrme.
    Pienso que habràn todavia buenas Empresas que tengan un poco de sentimiento humano. No quisiera imaginàrme que eso ya no existe en estos tiempos.
    Reciban un cordial saludo, todas las personas que me lean. López Raymond.

    RépondreSupprimer