mardi 1 août 2017

Pas à pas...

Orthez, 23 Juillet, 10h28
Santo et son épi viennent de sortir de la chambre.
Il y a un quart d'heure à peine, sa chevelure de jais s'ornait d'une houppette rebelle qu'il a fallu matée.
Il y a un quart d'heure à peine, dans cette chambre d'hôtel partagée régnait encore une ambiance que l'on pourrait croire décontractée.
Tibo Garcia a du mal à se réveiller tout à fait.
Il y a à peine quelques heures ... la novillada nocturne de Mont de Marsan.
Il a fallu passer à l'hôpital pour voir et prendre des nouvelles de Gabin , le piquero qui a salement mordu la poussière, puis direction Orthez...
Se coucher à 3h30 du matin, s'endormir comme on peut et le réveil qui sonne trop vite , trop tôt...
Tout à l'heure à 11 heures , deux novillos du Curé de Valverde au programme.
Tu parles d'un petit déjeuner oecuménique.
Personne ne sait encore à cette heure que les novillos ne seront ni monstres , ni collaborateurs...
Tibo et Antoine son "aide de camp" se sont isolés pour quelques minutes qui leur appartiennent.
Tibo dans son costume violet, celui des jours de guerre apparaît, un bref abrazo et la petite équipe s'en va direction le Pesqué.
Un couple revient du petit dej', n'ose pas emprunter le couloir, impressionné , s'excuse presque.
Image décalée.
Croiser un torero en costume de lumières à l'heure des croissants n'arrive pas tous les jours.
A deux kilomètres à peine de là, les spectateurs arrivent tranquilles, insouciants prendre leur place.
Pendant ce temps, dans ce couloir à la lumière blafarde, un torero de 20 ans , part se la jouer
Mètre après mètre, pas à pas, avançant vers l'inconnu!



2 commentaires:

  1. Très bel écrit !

    RépondreSupprimer
  2. extraordinaire comme d'habitude !!! bravo à vous

    RépondreSupprimer